Origine


DIAFIR a été créée en Juin 2011 par une équipe pluridisciplinaire de scientifiques et d’industriels, afin de porter sur le marché le résultat de 10 ans de recherche dans les laboratoires de l’université de Rennes 1. L’innovation majeure s’appuie sur des verres spéciaux, dits de « chalcogénure ».

 

Ces verres ont des propriétés particulières, notamment dans le domaine de l’optique infrarouge. Il est ainsi possible de réaliser des biocapteurs aux performances uniques qui permettent des diagnostics plus rapides et moins invasifs pour les maladies infectieuses et chroniques, ainsi que les cancers.

 

Les tests DIAFIR offrent donc un confort supplémentaire au patient, en lui évitant des lésions ou hospitalisations superflues.

Ils contribuent également à établir le meilleur diagnostic dans le cadre d’une pratique médicale allégée.


Mission : le moyen infrarouge au service de la santé

DIAFIR met en place des collaborations scientifiques pour valider la pertinence et la performance de ses outils sur des pathologies cibles et à terme mettre la technologie à la disposition de la pratique clinique.

Un certain nombre de pathologies (infections, maladies chroniques ou tumeurs) modifient le métabolisme des tissus environnants ou plus globalement celui des fluides biologiques en contact avec la zone affectée.

De nombreuses publications scientifiques ont d’ores et déjà montré au stade du laboratoire de recherche l’intérêt de l’analyse Infra Rouge.

Les maladies du foie constituent le premier axe de développement de DIAFIR.
DIAFIR travaille avec des équipes de recherche performantes pour mettre au point un diagnostic de la NASH par Moyen Infra Rouge. Les 1ers résultats montrent des performances très prometteuses.

Des tests visant à utiliser le dispositif pour l’évaluation de la cirrhose décompensée sont également en cours.

 

Direction et comité scientifique

Direction

Hugues Tariel, Président

Diplômé des Arts et Métiers et HEC, Hugues Tariel a exercé différentes fonctions (ventes, opérations, finances) au sein de grands groupes industriels de l’industrie verrière, sur des marchés à fortes contraintes réglementaires comme le médical ou le nucléaire. Après avoir dirigé un centre de recherches pour l’optique infrarouge, il a été le porteur du projet qui a abouti à la création de DIAFIR.

 

 

 

 

Jérôme Bernard, Directeur Général

Professionnel du développement des affaires et scientifique hautement qualifié, Jérôme Bernard a occupé divers postes dans l’industrie dans les départements de développement scientifique et commercial.  Son expérience professionnelle, ses compétences et ses connaissances couvrent un large éventail de domaines tels que l’immunologie, l’oncologie, la fibrose et les maladies métaboliques, de la découverte de médicaments à la gestion de projets et d’équipes interfonctionnelles en passant par le développement commercial et l’octroi de licences technologiques.

 

Comité Scientifique

Jacques Lucas, membre de l’académie des sciences

Jacques Lucas est professeur émérite à l’université de Rennes, fondateur du laboratoire Verres et Céramiques. Une partie de ses activités concernent le développement de verres transmettant dans l’infrarouge pour la réalisation de fibres optiques. Les applications les plus significatives sont la transmission de l’énergie émise par des lasers IR, la réalisation de filtres optiques pour le spatial et la mise au point de capteurs pour le diagnostic médical, biologique et chimique. Il a été à l’origine de la création de Vertex devenu Umicore IR Glass.

Joel Renault, président de Delta Dore

Joel Renault est président fondateur de Delta dore,  créée il y a quarante ans et en a fait le leader européen de la domotique, en exploitant des idées alors novatrices comme la maitrise de l’énergie domestique. Il met aujourd’hui son expérience réussie d’entrepreneur au service de start-up innovantes comme DIAFIR dans lesquelles il investit.

Catherine Boussard-Plédel, Docteur en chimie

Ingénieur de Recherche au CNRS dans l’équipe Verres et Céramiques Catherine Boussard-Plédel développe des fibres optiques en verre de chalcogénures ayant des applications dans le domaine de l’optique infrarouge. Ces fibres mises en œuvre dans des dispositifs utilisant la spectroscopie d’ondes évanescentes sont utilisées comme capteurs dans les domaines spatial, environnemental  ou biomédical.  Elle est co-auteur de 75 publications. En 2012, elle est co-lauréate du prix de la fondation EADS de l’Académie des Sciences.

Bruno Bureau, Docteur en physique

Bruno Bureau, après un doctorat en physique à l’université du Maine, est professeur au sein de l’équipe Verres et Céramiques de l’université de Rennes 1. Il est en charge du groupe « capteurs infrarouge », qui développe des biocapteurs, pour le médical ou l’analyse du milieu marin, ainsi que le suivi du CO2 atmosphérique. Ses recherches portent aussi sur une meilleure compréhension de l’état vitreux. Il est auteur ou co-auteur de 110 publications sur ces sujets.

Olivier Loréal, Médecin Hépatogastroentérologue

Olivier Loréal, Médecin Chercheur, est Directeur de Recherches, responsable de l’Equipe Fer et Foie, au sein de l’UMR INSERM 991. Son expérience professionnelle inclut la biologie cellulaire dans le domaine de l’hépatologie et une implication dans des études cliniques. Il a contribué au développement de l’application de la technologie FEWS à la caractérisation d’échantillons biologiques obtenus en situation pathologique.

 

 

Les partenaires

Partenaires financiers

 

 

 

 

 

Partenaires académiques

Partenaires institutionnels