Les innovations DIAFIR

 

Fibre de verre de chalcogénure

Le laboratoire Verres et Céramiques de l’UMR CNRS 6226 de l’Université de Rennes 1 (LVC) développe depuis plus de 20 ans des fibres en verres spéciaux, dits de chalcogénure.

Ces travaux de recherche ont fait l’objet de nombreuses publications scientifiques et d’un dépôt de brevets. DIAFIR a obtenu la licence exclusive d’exploitation de ce brevet.

A la différence des fibres optiques « classiques » transmettant dans le visible et le proche infrarouge, les fibres de chalcogénure permettent de travailler dans l’infrarouge lointain.

Ces verres, biocompatibles et hydrophobes, sont des matériaux idéaux pour la réalisation de biocapteurs, capables de détecter les variations de compositions métaboliques.

Ces fibres fonctionnent sur le principe de l’absorption des ondes évanescentes.

tl_files/media/schema/FEWS.jpg

Lorsqu’une onde lumineuse se propage dans une fibre optique, une partie de cette onde circule à l’extérieur de la fibre et constitue l’onde évanescente.

Cette onde peut être absorbée par un milieu en contact avec la fibre.

Cette technologie est connue sous l’acronyme FEWS (Fiber Evanescent Wave Spectroscopy).

Le travail de la fibre

DIAFIR a développé des procédés uniques pour perfectionner, fabriquer, mettre en forme puis protéger les fibres de verre de chalcogénure. Ces innovations font l’objet d’un dépôt de brevets spécifiques.

La recherche et développement continue

Le 1er capteur à usage unique mis au point par DIAFIR permet l’analyse spectrale de liquides biologiques.DIAFIR est en train de mettre au point une sonde qui permettra l’analyse de tissus biologiques par simple contact.

Liste des publications